Arnaque Sosh – Sony – Boku

Voici l’histoire d’une mésaventure qui est arrivée à ma fille et sa résolution. L’occasion d’évoquer Boku, un intermédiaire dans les transactions totalement inconnu, mais qui pourtant compte … beaucoup.

Les faits

Dans la nuit du mardi 18 mai à 23h20, je reçois trois SMS de la part de SOSH. Les messages m’indiquent que ma fille a dépassé le plafond des achats multimédia. À l’époque ma fille est chez la filiale d’Orange, on m’annonce deux transactions de 50 € soit 100 € de débités.

Il faut savoir que quel que soit votre opérateur, vous pouvez acheter par téléphone sans utiliser une carte bancaire. Il s’agit d’une option présente chez tous les opérateurs et qui la plupart du temps est activée par défaut. On verra plus tard qu’il y a du sens à cette activation, et ce n’est pas dans votre intérêt. Le premier réflexe est de désactiver cette autorisation de paiement. En effet, si cela arrive deux fois, cela peut se produire plusieurs fois.

Voici à quoi ressemble le panneau de configuration chez SOSH

Le plafond par défaut est de 100 €, et le temps de la désactivation est de 48 heures. On angoisse rapidement, en imaginant que le pirate potentiel peut débiter 200 € de plus. Dans les forums de SOSH, ma fille n’est pas la première, il apparaît que le problème est récurrent, et ce, depuis des années. Grâce au lien http://achatm.orange.fr/ il est possible d’avoir le détail de la transaction.

Ma fille aurait donc fait un achat pour recharger un compte Sony pour 100 €, ce qui n’a pas de sens.

Sony et SOSH se renvoient la balle.

C’est ici que cela devient complexe. On se dit sur le principe que l’opérateur devrait intervenir. Il ne fera absolument rien pour vous et c’est une logique. Il n’y a pas de piratage à proprement parler du téléphone, mais plutôt une grande loterie. On peut supposer que le pirate tente des numéros de téléphone au hasard. Comme cette option est activée par défaut, s’il met le bon numéro de téléphone, ça passe. Il n’y a aucun contrôle et cette procédure même si elle est injuste pour le client est parfaitement légale. Aucune association de consommateur n’a l’air de s’y intéresser alors que c’est compliqué de s’en sortir.

Quel intérêt pour les opérateurs ? À chaque paiement réalisé par le numéro de téléphone, un pourcentage revient à l’opérateur. Je ne connais pas la valeur, mais sur les 100 € SOSH a gagné de l’argent. L’opérateur n’a donc absolument aucun intérêt à arrêter le système, même si c’est particulièrement malhonnête. La réponse de SOSH est de renvoyer la balle chez SONY puisqu’il est finalement le vendeur. Si quelqu’un utilise votre carte bleue parce que vous lui avez donné le code, on ne peut pas se retourner contre la banque. Vous me direz que c’est différent car vous n’y êtes pour rien. Pourtant, vous êtes responsable de la non-désactivation de la case multimédia.

En toute légitimité, on appelle Sony et c’est ici que le niveau augmente encore. Sony n’a pas de contrôle sur la transaction et vous renvoie vers un prestataire du nom de Boku.

Boku spécialiste de la transaction par téléphone.

Pour écrire à Boku vous devez vous rendre à cette adresse : https://boku.zendesk.com/. Leur numéro de téléphone est le 097518023. En France, dès que vous avez un paiement de ce type, cela passe par cet intermédiaire Boku. Si on m’avait hacké mon compte PlayStation, Sony aurait pu me débloquer, mais ce n’est pas le cas ici.

Chez Boku on me répond poliment et on m’explique que l’on ne peut pas faire jouer le droit à la rétractation. Car après tout, sur le principe, si je ne suis pas content de mon bien, j’ai le droit de me faire rembourser sous sept jours. Ce n’est pas le cas ici. Boku m’explique qu’il est nécessaire de faire un dépôt de plainte afin de pouvoir faire une procédure de remboursement.

Afin de pouvoir fournir une preuve à la gendarmerie, Boku me donne accès aux transactions qui ont été faites. Il suffit de passer par le lien suivant : https://customer.boku.com/

On voit que d’autres tentatives ont été réalisées notamment chez Apple, mais qu’elles n’ont pas abouties. Nous nous en sortons plutôt bien. Avec ces éléments, il est possible de faire une demande de préplainte en ligne. Une fois qu’elle est validée, la gendarmerie vous convoque pour valider le procès verbal. Le gendarme était au courant de ce type de pratique.

Épilogue : Boku rembourse

Boku ne posera aucun problème pour le remboursement de la somme. Il apparaît toutefois que face à la complexité de la procédure, nombreux sont ceux qui abandonnent. Ce qu’il faut retenir de cette histoire, c’est la soumission. Même si vous trouvez que c’est injuste, que vous êtes victime, vous n’avez pas d’autre choix que de vous soumettre. Menacer d’une dénonciation à une association de consommateur ne fera rien, la seule chose qui fonctionne, c’est la procédure que je viens de décrire. Un apprentissage malheureux mais pourtant utile.