VLAD III BASARAB: Le prince roumain qui a inspiré Dracula !

Ben : Après Elsa de la chaîne « Passeport pour hier », j’ai le plaisir d’accueillir Guilhem de la chaîne D’Histoires en Histoire. C’est une chaîne d’Histoire généraliste où il aborde de nombreux sujets comme le déchiffrement des hiéroglyphes, l’invasion de l’Angleterre par les vikings ou l’espionnage au moyen-âge.

Bonjour Guilhem, tu viens de sortir une vidéo sur Vlad III qui a inspiré Bram Stoker pour créer le personnage de Dracula. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur ce personnage ?

Guilhem : Merci Ben ! Pour Halloween, j’ai d’abord voulu m’attaquer aux histoires qui entourent le personnage de Dracula. Mais en creusant un peu, j’ai surtout (re)découvert que Bram Stoker avait eu deux grandes sources d’inspiration pour fabriquer son célèbre vampire : le folklore roumain et balkanique d’une part, et la vie d’un véritable personnage historique de l’autre.

Ce véritable individu, c’est Vlad III Basarab, dit « Țepeș ».

En tant que prince de Valachie, petit État ancêtre de la Roumanie actuelle, Vlad III a eu une vie rocambolesque : il a passé près de la moitié de sa vie en exil, que ce soit chez les turcs ou chez les hongrois. Mais ça n’est pas ce qui m’a le plus surpris. La Valachie du XVe siècle est d’une instabilité absolue, et les souverains s’y succèdent régulièrement dans la violence.

Ce qui est surtout intéressant chez Vlad III, c’est sa légende noire !

La légende noire…

Ben : Justement, est-ce que sa « légende noire » est méritée ?

Guilhem : Son surnom est déjà bien parlant : « Țepeș » signifie « l’empaleur ». C’est le sort abominable que Vlad III a réservé d’abord à ses opposants politiques, puis à ses ennemis turcs. Si l’on ajoute à cela son despotisme, le personnage n’était pas vraiment sympathique. Pourtant, l’empalement se retrouve aussi chez ses contemporains, comme l’ottoman Mehmed II ou le hongrois Matthias Corvin. C’est justement ce dernier qui va emprisonner Vlad III, puis utiliser l’imprimerie pour diffuser des textes accusateurs contre lui.

L’Empaleur a donc un destin tragique : contré par sa noblesse, forcé à des victoires coûteuses, abandonné par ses alliés, il est de surcroît le premier individu de l’Histoire à être victime d’une campagne de propagande par voie de presse !

Cette légende lui a tellement collé à la peau que ses successeurs, des cousins puis leurs enfants, vont tout faire pour l’effacer des chroniques de leur pays. Vlad III n’est ainsi redécouvert qu’au XIXe siècle, presque par hasard. Son combat contre les ottomans devient alors un symbole fort pour le jeune État roumain, qui va paradoxalement faire de l’Empaleur une véritable figure nationale !

Enfin, jusqu’à ce que Dracula… ne le dévore !

L’invention de Dracula (et son commerce)

En dehors de la Roumanie, Vlad III reste en effet assez peu connu. Son image a été entièrement effacée par celle de Dracula. La faute à Bram Stoker ! Cependant, on ne retrouve pas grand-chose de l’Empaleur de Valachie chez le comte de Transylvanie… Si ce n’est le nom, puisque Vlad III était d’abord surnommé « Dracula », « le fils du dragon », en hommage à son père. Et puis, bien sûr, ils partagent une image sanglante.

Le mélange est si fort entre les deux figures que la Roumanie a même développé un « tourisme de Dracula » où l’on peut visiter des lieux liés à l’histoire de Stoker et/ou à la vie de Vlad III !

De quoi donner des envies de voyages et de frisson pour un prochain Halloween, non ?

Ben : Ça donne vachement envie ! Merci pour cette présentation de Vlad III. Si vous souhaitez en savoir plus sur lui, je vous encourage à regarder la vidéo de Guilhem ci-dessous !