Cloudron, un peu trop beau pour être libre

Dernièrement mon installation de Nextcloud pose des problèmes. J’utilise principalement Nexcloud pour son lecteur RSS, News. Seulement, et c’est bien de le signaler, ce n’est pas parce que c’est du Nextcloud qu’on ne peut pas rencontrer des problèmes. Le module News qui n’a plus l’air très « développé » n’est pas compatible avec les dernières versions. On attend donc une version 25 du logiciel, qui n’arrive pas. Dans la version web sur PC, c’est totalement illisible et buggué. On en vient alors à penser à revenir aux sources, utiliser un véritable lecteur RSS. Et Cloudron pourrait être un outil pertinent pour réaliser l’installation.

Cloudron un programme pour tous les commander.

J’ai vu passer quelques articles sur Cloudron dont celui-ci : Cloudron – La solution Self-Hosting facile. Sauf que l’article ne dit pas tout.

Au niveau de la procédure d’installation, c’est assez simple, il suffit d’exécuter trois lignes de commande. C’est à la suite que ça devient plus complexe. Cloudron vous demande votre fournisseur de DNS et ne se pose pas de questions quant à la liberté. On a du cloucflare ou de l’AWS pour ne citer qu’eux. Pour ma part, j’ai un domaine chez OVH que j’utilise pour ceci. La configuration se trouve en fait sur le site de Yunohost pour notamment créer les fameuses clés qui sont demandées ci-dessous.

Une fois que c’est installé, on arrive à quelque chose qui ressemble à ceci :

On voit clairement que le choix de logiciels à installer est important. On voit par exemple Nextcloud mais aussi la possibilité d’installer une instance Peertube ce qui montre qu’on a une orientation dans le logiciel libre. J’installe de façon simple FreshRSS en quelques clics :

Sauf que ce que je n’ai pas écrit, c’est que pour avoir la liste des applications, il faut avoir un compte sur le site officiel. C’est déjà le premier point qui me gêne. Le second point, comme vous pouvez le constater sur la première capture, c’est qu’il y a une offre premium. Nous sommes ainsi sur un modèle qui n’est pas vraiment libre et qui peut basculer du jour au lendemain sur un modèle encore moins libre.

Enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, il n’existe pas de procédure de désinstallation. Comprenez qu’on vous invite à réinstaller votre serveur. En effet, Cloudron modifie de nombreux paramètres, prend littéralement la main sur la machine qu’on ne peut supprimer proprement.

En conclusion

La solution proposée est connue, reconnue et on voit de nombreux articles sur la toile qui recommande. Pour ma part, faire un choix d’auto-hébergement c’est éviter des solutions qui proposent des DNS propriétaires par défaut, une création de compte et un modèle premium. Ainsi, pour ceux qui ne sont pas administrateurs système et qui recherchent une solution clé en main, Yunohost est certainement le meilleur choix.

One Comment

  1. J’ai trouvé que c’était l’usine à gaz NextCloud, je l’ai installé, pour finir par ne pas réellement m’en servir, en effet, je préfère accéder à mes fichier au travers de Samba chez moi ou via WireGuard en VPN à l’exterieur.

    J’ai installé aussi FreshRSS « à la main » en suivant un tuto sur mon Pi4 et ça marche d’enfer!

    Pour résumer sur mon Pi, j’ai un SSD 1to accessible en Samba, un serveur VPN WireGuard, un serveur Plex, QBittorrent, FreshRSS. Je vais peut être installer à l’occasion un serveur CardDav et CalDav, mais je me dis toujours que s’il m’arrive quelque chose, c’est foutu pour ceux qui restent

Comments are closed.