Vivre de l’internet. Ou pas.

Quelques éléments récoltés dans l’actualité ces derniers temps montrent que vivre de l’internet ce n’est pas gagné. Comprendre pourquoi une stratégie basée intégralement sur les réseaux est encore une moins bonne idée en 2022.

Où tu découvres qu’un milliardaire peut casser ton business plan.

J’ai écrit plusieurs articles pour expliquer les déboires de Twitter depuis le rachat par Elon Musk. Je n’ai pas écrit davantage, je n’en ai pas vu l’utilité. De plus, le positionnement de Musk est tel qu’une information ne peut être valable que 24 heures. Ce fut le cas par exemple pour la suppression du compte @joinmastodon

Il ne s’agit pas de critiquer la politique de Musk qui fait ce qu’il veut de son jouet à 40 milliards de dollars. Simplement de comprendre les enjeux et les conséquences. La critique est d’autant plus aisée que fermer le compte Mastodon sur Twitter serait reconnaître une peur face à un réseau décentralisé et sans ambition avouée. Musk ne s’est pas contenté de fermer le compte Mastodon. Il a aussi fermé le compte de certains journalistes critiques face à sa politique ou le compte qui suit son jet privé.

Il faut comprendre que pour un journaliste, Twitter, c’est vivre de l’internet. Tout comme l’individu qui suit les avions privés, c’est aussi vivre de l’internet. En effet, un journaliste ne peut se permettre de ne pas être présent sur Twitter qui lui offre une visibilité, une reconnaissance. Il s’agit de plus d’un outil de travail, d’un outil de veille, de communication.

On n’est jamais vraiment chez soi à part chez soi.

L’arrivée de Musk, c’est la prise de conscience que sa place sur un réseau propriétaire n’est pas gravée dans la roche. C’est valable pour n’importe quel service propriétaire. On peut citer par exemple le cas de ces pères de famille accusés de pédophilie par Google après avoir envoyé des photos de leur enfant à la demande du médecin. Si je perdais mon compte Google par exemple, je perdrais l’intégralité de mes contacts. Ceci reste aussi valable pour un service libre. Je suis aujourd’hui avec un compte Mastodon sur une instance de l’April. Elle peut fermer demain ou me mettre dehors sans que j’aie mon mot à dire.

On n’est finalement chez soi que chez soi. Si on prend le cas de restez-curieux, je demeure chez moi à deux conditions. Payer mon abonnement annuel chez mon hébergeur et respecter le cadre de la loi.

Tout individu qui veut vivre de l’internet a intérêt à posséder une identité indépendante des réseaux qu’il gère lui-même. Cela nécessite des compétences informatiques évidentes mais le jeu en vaut la chandelle. Qui peut désormais avoir la certitude que son compte Twitter et même Twitter existeront demain.

Le joueur du grenier n’arrive plus à suivre la cadence.

Le joueur du grenier fait partie des chaînes YouTube bien connues du grand public. Présente depuis 2009, c’est aujourd’hui quasiment 4 millions de followers. La chaîne est axée sur le jeu vidéo et sur une certaine forme de nostalgie. On trouvera des vidéos sur de très vieux jeux, publicités ou séries.

Dans différents articles, on a pu reprendre les propos du vidéaste qui se plaint de ne plus arriver à s’en sortir. Il explique en effet ne plus avoir le temps de suivre la cadence. Bien évidemment, l’arrivée d’un enfant n’aide pas dans la gestion du temps mais le problème est plus profond.

YouTube meurt. Dit comme cela, pour un site qui fait des milliards de vues, cela pourrait sembler exagéré, mais c’est une réalité. De la même manière, il n’est pas anormal aujourd’hui de dire que Facebook, malgré ses milliards d’utilisateurs, ne représente pas l’avenir des réseaux sociaux.

Le coupable c’est TikTok qui draine de plus en plus de vues et plus particulièrement celles des jeunes. Cela induit pour les vidéastes au moins deux problèmes. La baisse du nombre de vues entraîne une baisse de revenus. N’être que sur YouTube et ne pas utiliser TikTok c’est rater le coche. Il faut ainsi se disperser sur deux réseaux dans lesquels les vidéos ne répondent pas aux mêmes attentes du public. Format long, format court, respecter la règle de publier des contenus uniques dans chaque réseau. Dans le cas du joueur du grenier, il sera difficile de faire l’impasse sur Twitch, le YouTube des gamers.

Rajoutons à cela, que YouTube change d’algorithme, bloque telle ou telle vidéo, change les règles de monétisation et on se retrouve dans une situation similaire à celle de Twitter. Vous n’avez pas la main sur les règles du jeu.

Vivre de l’internet en 2022, mission impossible ?

Le bilan dressé est particulièrement négatif, et laisserait penser qu’il est impossible de vivre de l’internet en 2022. Bien sûr, des gens gagnent encore des fortunes avec le net, mais ce sont finalement des individus présents dans la place depuis un bon moment. En janvier 2021, le joueur du grenier disait se verser un salaire de 5000 € par mois. On peut donc considérer que malgré ses plaintes, l’homme vit correctement de l’internet.

Mais comme précisé, aujourd’hui comment alors qu’on est totalement inconnu, se lancer et percer ? Je pense que c’est une époque qui est désormais révolue. Nous arrivons en fin de compte à quelque chose de cyclique. Nous passons d’un modèle dans lequel tout le monde pouvait avoir son quart d’heure de gloire depuis les émissions de téléréalité, l’avènement de l’internet au retour de la starification et de la pérennisation. Et quand bien même, on arriverait à percer, l’instabilité qu’imposent les propriétaires des réseaux ne permettent plus de s’installer dans le long terme.

Peut-être un peu comme la société qu’on idéalise, une société dans laquelle on jetterait moins, consommerait moins, prolongerait la vie des objets. En toute logique, ce comportement devrait s’adapter aux personnes.

Je constate que pour la première année, Pierre Lecourt, qui a tenu le cap malgré la fin des blogs et des sites de façon générale, a l’air content des partenariats qu’il a pu réaliser. Et si nous étions à un changement radical où la qualité recommencerait à percer face à une quantité de plus en plus imbuvable ?

J’ai envie d’y croire et c’est ainsi que restez-curieux a triplé son audience pour 1.2 million de visiteurs et 6 millions de pages vues cette année. En espérant que ces mouvements perturbants permettent à chacun de se recentrer sur une qualité de production plutôt que de tenter de suivre un mouvement intenable.

4 Comments

  1. Bonjour,
    On sent aussi que même les « grands » comme Webedia sont obligés de licencier, euh de remercier les streamers avec qui ils sont partenaires.
    Un cas concret ? La webTV « LeStream » fondée par Cyprien, Squeezie et cie, détenue par Webedia qui restructure sa grille de programmes pour être en adéquation avec les nouvelles habitudes des streamers et des viewers : une sorte de programme TV s’est mis en place dans le Twich français.
    Explications : https://www.youtube.com/watch?v=RB_1LGS13tA&t=679s

    Mais la faute à qui ? On peut se poser la question :
    – Le confinement qui a fait émerger de nouveaux streamers sur des réseaux comme Snap, TikTok
    – La lassitude de voir toujours les mêmes têtes qui streament la même chose
    – Les moyens : la période 2020/2021 a permis aux français de revoir leurs dépenses ou de changer de vie et de nouveaux besoins ont émergé

Comments are closed.