Série : « Superstore », dans les coulisses de la grande distribution américaine !

Superstore est une Sitcom américaine de 6 saisons, créée par Justin Spitzer (The Office) en 2015 pour NBC. Vous pouvez la retrouver sur Netflix et Amazon Prime.

L’histoire de Superstore.

Jonah (Ben Feldman), fils de bonne famille, qui vient d’abandonner ses études se fait embaucher dans le supermarché Cloud 9 de Saint Louis. Il est recruté par Amy (America Ferrara, « Ugly Betty) et n’est pas insensible aux charmes de cette chef de rayon. Il découvre alors les coulisses de la grande distribution, ses heures décalées, ses petits salaires et les clients pas très sympas…

Dit comme ça, ça pourrait faire penser à un pitch de film des frères Dardenne qui raconterait un énième drame social. Mais ici on est dans une bonne comédie, qui contrairement à d’autres sitcoms, reste drôle sur la durée et réussit à se renouveler en abordant des thématiques très diverses et souvent sérieuses.

Superstore : une bonne comédie et de supers personnages

Dans ces fameuses thématiques il y a tout ce qui fait, bien sûr, le paradoxe américain : On y parle mariage gay, port d’arme, adolescente enceinte, du surendettement des étudiants, du salaire de misère des petites mains, de la GPA, du racisme, etc. Le tout avec un ton léger et très décalé.

Il y a bien sur le monsieur je-sais-tout fils de bonne famille Jonah.

Le directeur, Glenn, pas très compétent mais avec un grand cœur. Très croyant mais avec des préjugés (sur les gays, les étrangers) et qui a une voix d’éternel ado qui n’a pas réussit à muer malgré ses 50 ans passés… Il est interprété par l’excellent Mark McKinney !

Son assistante, Dina, psycho rigide sur la sécurité et qui le déteste. Interprétée par la très drôle Lauren Ash. La chef de rayon Amy mère de famille avec un mariage bancal. Matéo, gay, philippin sans papier, qui veut toujours être le meilleur dans son travail.

Garrett, le copain sympa qui se fou de tout, cloué dans un fauteuil roulant. Cheyenne ado de 17 ans enceinte (et qui accouchera dans le magasin), etc. Il y a énormément de personnages secondaires biens mis en valeur par les scénaristes.

À conseiller

Son ton plutôt acide sur la façon dont les grosses compagnies traitent leurs employés, propose un souffle nouveau dans la sitcom américaine. Jusqu’à présent on nous parlait de bandes d’amis, blancs, plutôt bien installés socialement comme dans « Seinfeld« , « Friends », « How i met your mother » etc.

Donc de voir des gens socialement et culturellement si différents évoluer sur leur lieu de travail, renouvelle le genre. Ce n’est pas la plus drôle, mais elle est, sur le fond, plus originale que beaucoup. Ne pas oublier que son créateur, Spitzer avait déjà subliment décrit le monde du travail avec la délirante série « The Office« , disponible depuis peu sur Netflix également.

Trailer de la saison 1