Squid game. Sans surprise.

Maintenant que la hype est passée.

Il aura été difficile d’échapper à la déferlante squid game. J’avais décidé de ne pas regarder la série télé pour ne pas tomber dans le phénomène de mode. Et puis finalement dans un moment à tuer je viens de voir les neuf épisodes. Squid game est une série sud-coréenne en 9 épisodes. Elle raconte comment des gens endettés vont accepter de participer à des jeux pour gagner une fortune. Au départ, les jeux semblent ridicules, des jeux pour enfants comme 1,2,3 soleil. C’est quand les candidats réalisent que les perdants sont tués, que l’histoire prend une autre dimension. Le survivant remporte la mise.

Pas vraiment original quand tu as un peu de bouteille.

La hype peut se comprendre si on n’a rien vu avant de ce type, chez les plus jeunes par exemple. Si on a franchi la quarantaine, c’est totalement différent. J’ai noté en introduction que Squid game est sud-coréen et c’est important car le pitch est finalement très classique dans la culture asiatique. Sur restez-curieux j’avais présenté le manga Alice in borderland, qui raconte les aventures de jeunes téléportés dans un monde parallèle. Ils doivent réussir des jeux pour survivre … Original ? Si on fait abstraction du cinéma d’horreur où l’on a l’habitude d’avoir des gens qui meurent au fur et à mesure c’est à mon sens Battle Royale qui a apporté le concept. Il est amusant de se dire que c’est une expression qu’utilisent les jeunes lorsqu’ils jouent aux jeux vidéos.

Le premier Battle Royale

En l’an 2000, le film japonais défraie la chronique avec son scénario gore. Des élèves de troisième participent à une expérience de survie où il ne peut en rester qu’un. Pour survivre, il faut s’entretuer. Ça me rappelle quelque chose …

Une série plus profonde qu’une boucherie.

Comme on l’a compris, on est sur la base d’une série qui va voir l’élimination de ses protagonistes. Si dans Battle Royale c’était la dénonciation du système scolaire japonais, ici, c’est un peu plus subtil. On dénonce ici peut-être, le comportement des gens face à l’argent, et par extension le capitalisme. Tous les participants sont fauchés, pas un hasard de la vie, c’est leur faute. En effet, le héros de la série est un mauvais père, sans emploi, il dépense son argent au jeu, il est endetté.

Comme souvent dans le cinéma asiatique, l’expérience transcende. Dans Alice in borderland par exemple, le looser du début devenait le meilleur joueur du jeu. Dans squid game c’est pareil, mais plus nuancé. Alice ne visait qu’à devenir meilleur, les valeurs de l’amitié étaient mises en avant, l’humanité, la compassion. Un manga particulièrement manichéen. Ici, c’est la dualité. Les personnages vont être capables du meilleur comme du pire pour assurer leur survie. C’est certainement l’aspect le plus profond de la série, elle montre qu’on est capable de tout pour survivre, la trahison notamment. Avec ses soldats sans visage, certaines scènes, on peut y voir l’horreur des camps de concentration.

Mais une série pas vraiment passionnante.

Quand on sait que les gens vont mourir, ça peut maintenir le suspense. Encore faut-il que ce soit bien fait. Dans les images qui ont été diffusées à la télé, il y a celle-ci.

le jeu du tir à la corde

L’équipe des « héros » qui est plus faible physiquement va jouer au tir à la corde. Si elle perd, elle fait une chute fatale qui va tuer tout le monde. L’épisode finit sur cette scène, que va-t-il se passer au prochain épisode ? Les cliffhanger sont pour moi tous de ce niveau. On se doute bien qu’ils ne vont pas tous s’écraser en bas au prochain épisode. Dans toute la série, il n’y a qu’une seule surprise que je ne vous spoilerai pas et c’est tout. Comprenez qu’on n’est pas en train de haleter devant son téléviseur comme dans Games Of Throne. En effet, dans la série d’héroic fantasy, les auteurs réussissaient à vous attacher aux personnages et n’importe qui était susceptible de mourir. Dans squid game, on peut assez facilement prédire qui seront les finalistes.

Une série convenable qui pose d’autres questions

Je n’irai pas dire que squid game est une mauvaise série pour faire mon intéressant. C’est convenable, avec quelques lenteurs, rien de nouveau sous le soleil (1,2,3 …). Je pense en effet que quelqu’un qui a un minimum de culture aura une opinion similaire à la mienne. En même temps, on sait que ma tranche d’âge n’est pas visée par la culture, les plus jeunes qui n’ont pas connu les Battle Royale seront certainement « enchantés ». Et c’est sur ce dernier point que j’aimerais revenir.

10 ans et ça regarde squid game ?

Squid game a fait le tour des journaux télévisés, et pas forcément pour les bonnes raisons. On a pu voir dans la presse : A Toulouse, un collégien tabassé après avoir joué à 1, 2, 3 soleil version Squid Game. L’événement n’est pas isolé au point que nous ayons tous reçus du ministère de l’Éducation nationale une circulaire quant aux jeux dangereux en lien avec la série. Squid game est une série particulièrement violente dans la tradition asiatique. Comprenez que c’est souvent très gore et de façon exagérée. Les acteurs qui frétillent quand ils prennent des balles, du sang partout, etc. On a des scènes sexuelles franchement explicites, des propos et des scènes particulièrement choquantes et on découvre que des enfants de moins de 10 ans ont vu la série.

À l’heure de la cancel culture, de la bien-pensance, je suis quand même franchement dubitatif quant au positionnement des parents qui laissent trainer leur gosse devant Netflix pour regarder ça. Je considère à titre personnel que c’est de la négligence et de maltraitance. Ce ne sont pas les programmes pour enfants qui manquent, ils auront bien le temps de regarder des horreurs plus tard.