Un exemple d’obsolescence programmée avec Android 4.1.2 Jelly Bean

Attention l’article est technique, il ne sera pas intelligible pour une partie du lectorat.

L’engin obsolète

Android est le système d’exploitation de Google pour les smartphones, des box TV, des voitures et des tablettes et des appareils tout en un comme le Viewsonic vsd241. Il s’agit d’un appareil de 24 pouces, belle diagonale, sorti aux environs de 2013, 2014 c’est un appareil qui a donc moins de 10 ans. À l’époque, il a été livré avec Android 4.1.2, nom de code Jelly Bean.

Dernièrement Google a décidé d’abandonner Jelly Bean. Il y a bien sûr deux façons de raisonner. On peut effectivement se dire qu’un appareil qui a 8 ans a bien vécu et qu’il mérite de mourir de sa belle mort. On peut aussi se dire que l’appareil fonctionne et qu’il n’y a pas de raison d’abandonner l’appareil. Avec le taux de renouvellement des appareils, la marche forcée imposée par les constructeurs, on a moins de 1% d’appareils sous Jelly Bean c’est tout de même plusieurs millions de machines, ce n’est pas négligeable mais Google peut penser qu’il est dans son bon droit, que la portion est négligeable.

Il y a de plus un problème de principe, cela ne devrait pas être au créateur de l’appareil de décider quand vous arrêtez de l’utiliser mais vous quand il ne répond plus à votre besoin. Pour regarder des vidéos et consulter des pages web, l’appareil rend encore service, pourquoi le changer ?

Les problèmes rencontrés avec Jelly Bean

Voici comment se traduit l’abandon par Google. Le store ne fonctionne plus, mais c’était déjà le cas depuis un moment, plus problématique, le certificat SSL de Let’s Encrypt n’est pas reconnu, et Let’s Encrypt c’est une masse très importante de sites qui ont ce certificat gratuit, restez-curieux par exemple a un certificat SSL Let’s Encrypt. Lorsque vous lancez votre navigateur internet, que vous allez sur un site qui possède le certificat Let’s Encrypt, la page ne s’affiche pas, on vous dit que la page est inaccessible. C’est seulement en lançant Google Chrome qu’on a un message plus clair. Concrètement le certificat Let’s Encrypt n’a pas été mis à jour sur les anciennes versions d’Android et c’est bien l’un des problèmes majeurs de cet univers, les constructeurs sortent des appareils et ne les mettent jamais à jour, ils deviennent obsolètes en moins de deux ans. La récupération du certificat pour le mettre à la main dans l’appareil est complexe si bien que vous vous retrouvez avec un appareil dont l’une des utilisations premières est la consultation de pages web avec la moitié de l’internet inaccessible.

Installer F-DROID sous Jelly Bean

Voici la méthode de contournement. Par défaut vous avez une version de Google Chrome sur la tablette, elle vous permet d’afficher le site F-Droid, mal, mais elle l’affiche.

F-Droid est un store d’applications alternatif qui a vocation de proposer des logiciels libres pour Android. Installer le store ne résout pas les problèmes. Peu d’applications sont compatibles avec Jelly Bean mais vous aurez tout de même la possibilité d’installer apkmirror gui. Apkmirror est un site qui permet de récupérer directement les fichiers apk, y compris les anciennes versions c’est-à-dire les applications tout simplement sous formes de paquets installables. On prendra le soin d’autoriser les sources inconnues dans le paramétrage.

Installer Firefox

On pourra alors trouver une version de Firefox compatible et installer le paquet. Firefox contrairement aux autres logiciels basés sur Google Chrome ne va pas chercher les certificats de sécurité dans l’appareil. Il gère sa propre base, il n’est donc pas concerné. Comme la version installée est récente, elle est capable de reconnaître les certificats Let’encrypt et d’afficher le site internet demandé.

On arrive donc tant bien que mal à faire marchotter le produit. Certainement de façon provisoire, mais le principe est absurde. L’appareil va fonctionner d’un point de vue hardware pendant plusieurs années. Il finira par ne plus fonctionner de façon logicielle, de façon virtuelle. Les enjeux écologiques sont pourtant de plus en plus palpables. Le manque de matières premières met au chômage forcé des entreprises. On pousse pourtant les utilisateurs à la consommation pour plus de plastiques, de pollution et de semi-conducteurs dont on manque.

Obsolescence partout écologie nulle part

Microsoft n’est pas meilleur, après de nombreuses polémiques où on imaginait l’obsolescence de plus de 300 millions de PC qui n’auraient pas pu passer à Windows 11, la firme de Redmond a fini par rétropédaler. Il faudra tout de même avoir des compétences pour faire une mise à jour en partant de 0. Cela signifie que des gens préféreront acheter un nouvel ordinateur que de s’investir.

Je n’achète pas de produits Apple que je juge trop cher. Force est de reconnaître qu’il s’agit de l’une des rares marques à fournir un véritable support sur le long terme. De quoi réfléchir au sens du prix, à changer d’appareil tous les deux ans. Il vaut peut-mieux faire un gros investissement sur le long terme.