Les tunnels de la première guerre mondiale d’Arras : La carrière Wellington.

Lors de la première guerre mondiale, s’est déroulé dans la ville d’Arras, un épisode important et pourtant très peu connu de la Grande guerre.

Tout commence avec l’invasion du nord de la France par l’Allemagne. De nombreuses villes tombèrent : Lens, Vimy, Lille, etc. Au mois d’octobre 1914 le front est à peu près stabilisé. La ville d’Arras est un petit saillant entouré par les troupes ennemies.

En 1916 les Britanniques prennent le relais des Français pour tenir la ville.

C’est à ce moment-là que le général Nivelle décide d’attaquer les Allemands dans l’Aisne au Chemin des Dames. Les Britanniques ont pour mission de faire diversion en attaquant depuis Arras. Des mineurs Néozélandais vont alors aménager d’anciennes carrières datant du moyen âge afin d’accueillir en toute discrétions les troupes nécessaires pour mener à bien l’attaque. Ils aménagent des dortoirs, des chambres pour les officiers, des salles pour stocker les armes et d’autres pour cuisiner. Plusieurs puits sont creusés. Avant la bataille, 24 000 soldats vont être réunis sous terre, dans l’humidité et le froid (14°C).

Après 6 mois de travaux l’offensive de diversion est lancée le 9 avril 1917 après une semaine de pilonnage intensif. La surprise est totale pour les Allemands qui voient débouler à quelques dizaines de mètres de leurs lignes des milliers de soldats sortant de nulle part. Les Allemands abandonnent leurs position et les Britanniques s’emparent de la crête de Vimy au nord d’Arras. Mais au lieu de profiter de la surprise, ils préfèrent réorganiser leurs troupes le 10 avril avant de continuer l’assaut…laissant le temps aux allemands de se ressaisir. Malgré tout, les Britanniques continuent d’avancer mais les pertes sont très lourdes.

Quand la bataille se termine le 16 mai, les Allemands ont reculés de plusieurs dizaines de kilomètres. La ville d’Arras est désormais désenclavée. Cette « victoire » cache un bilan humain terrible : 150 000 victimes (morts, disparus et blessés) côté britannique et 120 000 côté allemand. Soit 4 000 pertes par jour.

De leur côté les Français échouent dans leur grosse offensive sur le Chemin de Dames. La bataille s’étale du 16 avril au 24 octobre 1917. Le bilan est encore plus catastrophique…

Si vous voulez visiter les sous terrains, rendez-vous à Arras à la carrière Wellington. Après avoir enfilé un casque britannique en résine, vous descendrez à 20m sous terre pour visiter quelques centaines de mètres de galeries. On peut y voir des graffitis laissés là par les soldats : de simples inscriptions, mais aussi des dessins. Ces galeries ont été creusées par un peu plus de 500 tunneliers néo-zélandais. Ils y ont aménagés près de 20 km de sous-terrain.

Ces tunnels vont servir aux arrageois durant la seconde guerre mondiale pour se protéger des bombardements. On y retrouve encore des fils électriques de 40 ainsi que la signalétique. Très belle visite. Entrée : 9,20€.

Pour plus de renseignements: https://www.carrierewellington.com/