Jeu vidéo : Omno

Avant de démarrer par le contenu du jeu et le gameplay, il est important de préciser que ce jeu vidéo est le résultat d’une unique personne qui a passé cinq ans pour la réalisation. Comme je l’écrivais à propos des « rogue », la scène indépendante dans le jeu vidéo explose. On notera toutefois qu’il est rare d’avoir un unique développeur et que ce dernier n’a pas fait le choix de la facilité avec un rogue en 2D ou en 3D isométrique puisqu’il s’agit d’un jeu à « monde ouvert » en 3D. Malgré la simplicité des dessins, très géométriques, c’est très joli tant au niveau du graphisme que des animations.

Omno vous permet d’incarner un bonhomme qui a pour mission de suivre la lumière à travers différents mondes. Au départ ses capacités sont limitées puisqu’il ne peut que sauter, par la suite il sera capable de se propulser en avant (faire un dash), de se téléporter, d’utiliser son bâton comme surf et enfin dans les derniers niveaux de voler. Chaque niveau est composé de la façon suivante : trouver trois boules de lumières qui vont permettre d’accéder à une énigme permettant de finir le niveau. Pour les trois boules de lumière il s’agit souvent d’observation ou de collecter de la lumière auprès de la faune et de la flore, rien de bien compliqué. L’énigme quant à elle peut s’avérer plus casse-tête sachant que le jeu ne vous guide en rien.

Si les qualités du jeu sont évidentes, les défauts aussi et c’est ici que ça coince au niveau des commentaires qu’on peut lire dans les différents tests. L’opinion qu’on a sur le jeu est biaisée si on tient compte du travail titanesque abattu par un seul homme, par le fait que le jeu soit positif, non violent et qu’il invite au voyage. Néanmoins, du fait que beaucoup de phases sont en lien avec la direction du personnage, sauter, glisser, ça coince totalement car la maniabilité n’est pas bonne. On va donc recommencer de façon très régulière certaines phases à cause des problèmes de comportement du personnage. Le jeu est court et c’est tant mieux, chaque nouveau niveau n’apporte pas réellement sa part de nouveauté si ce n’est le nouveau pouvoir à exploiter, on reste dans un schéma très répétitif, trouver les boules de lumière, résoudre l’énigme.

J’ai failli abandonner le jeu plusieurs fois entre les bugs techniques et la lassitude, je me suis toutefois accroché pour le terminer sans regret. Dans l’ensemble Omno est une jolie parenthèse que vous pourrez faire entre deux jeux trop prenants.