Alice in borderland

Lorsqu’on lit Alice in Borderland, on pense nécessairement à Alice in wonderland ou en français, Alice au pays des merveilles. S’il y a quelques liens, je pensais que l’auteur serait allé beaucoup plus loin que le titre mais en fait très peu de rapport entre l’œuvre de Lewis Caroll et le manga. Alice est un looser, mauvais élève qui vit dans l’ombre de son frère avec un père qui ne cesse de faire la comparaison entre les deux garçons et de lui rappeler sa médiocrité. Avec deux de ses amis un soir, ils voient un feu d’artifice qui les propulse dans un monde parallèle, le Borderland. Ce monde ressemble à la ville de Tokyo mais désertée de ses habitants, un peu comme si une catastrophe s’était produite. Les aliments sont périmés, la nature a repris ses droits, on voit des bêtes sauvages, on pourrait penser à la bande dessinée « seuls » ou des enfants se retrouvent dans une ville à l’abandon sans adule. Assez rapidement ils se retrouvent dans un « jeu » où il faut répondre à des questions, chaque erreur peut entraîner la mort des candidats. Si les candidats réussissent l’épreuve, ils obtiennent une carte (as, roi, carreau etc …) et un visa pour Borderland de quelques jours. Si à l’expiration du visa ils n’ont pas participé à un nouveau jeu, un rayon tombe du ciel et finit par les tuer.

Le manga est composé de 18 tomes où comme on peut le supposer, on va découvrir les pièges les plus tordus, mais aussi essayer de répondre à quelques questions : qui organise les jeux ? Pourquoi ? Qu’est ce que le Borderland ? Et ainsi de suite. L’intrigue est vraiment accrocheuse, on s’interroge autant que les participants et les secrets sont habilement distillés au fur et à mesure des tomes. Les morts sont violentes, les jeux sont complètement tordus, on pense à la série de films Saw. Il y a à mon avis une des plus grosses surprises que j’ai eu l’occasion de lire dans une bande dessinée qui rajoute encore à l’intrigue, Haro Asô réalise un véritable tour de force à captiver ses lecteurs jusqu’à la fin avec de gros rebondissements.

Forcément dans chaque manga, il est très difficile de ne pas donner une morale, on se doute ici que c’est sur le sens de la vie, l’amitié, la volonté de vivre dans un monde difficile mais aussi l’opportunité pour des personnes qui dans la société sont mal aimées de se transcender et d’être un leader dans d’autres circonstances. Excellente série, terminée, que je vous invite à découvrir en bord de plage par exemple.