Les démons d’Alexia

Les démons d’Alexia est une série de bande dessinée en sept tomes démarrée en 2004 dans le journal Spirou que je trouve particulièrement innovante pour l’époque et qui aurait certainement mérité et une suite et une adaptation en série télé. La suite, c’est tout simplement parce que la suite s’arrête assez brutalement au tome 7, les auteurs ayant pris la décision de passer à autre chose, de consacrer leur temps à d’autres séries. Pour l’adaptation en série télé, c’est tout simplement pour la richesse des personnages, les très nombreuses énigmes, les secrets, les auteurs sont excellents pour créer du suspense et de la curiosité chez le lecteur.

Alexia est une exorciste de talent, elle est recrutée par le C.R.P.S, un organisme secret à la solde de tous les états du monde qui règle les problèmes paranormaux. Dans cet institut, une foule de personnages étranges, un nécromancien, un patron de bar qui en sait un peu trop ou encore un puissant médium enfermé dans sa cave qui essaie de tuer Alexia de façon régulière. Et puis une zone interdite, une zone où en 1985 l’intégralité des scientifiques ont été tués avec pour seul rescapé l’ancien directeur dans le coma. L’arrivée d’Alexia va créer de nombreuses perturbations comme la résurrection de Sarah Perkins, la dernière des sorcières et ancêtre d’Alexia. C’est sur cette dualité que va se jouer la bande dessinée, Alexia est à la fois exorciste et sorcière, elle est le bien et le mal en même temps.

Le dessin fait penser à la bande dessinée Seuls, c’est-à-dire un trait enfantin en décalage avec pourtant une bande dessinée particulièrement dure, où les gens meurent de façon particulièrement violente. À l’instar de Seuls, ce contraste est plutôt réussi. Les démons d’Alexia est une excellente bande dessinée qu’on aurait voulu voir prolongée mais nous ne pouvons pas nous suppléer à la volonté des auteurs.