Pumpkin Jack le héros à la tête de citrouille

Le diable trouve que le royaume des humains est trop gai, il décide d’envoyer l’un de ses serviteurs, Jack, un vrai méchant avec une tête de citrouille. L’humanité a décidé de ne pas se laisser faire et envoie un sorcier pour lutter contre Jack. Vous allez traverser six niveaux pour lutter contre le sorcier. Le jeu s’inspire de classiques comme Jack and Daxter et de Medievil, j’ai envie de dire qu’il s’inspire surtout de Medievil et ce n’est pas dû au fait de manipuler un mort vivant mais parce que comme Medievil la maniabilité est très largement perfectible. C’est l’un des deux problèmes du jeu pour ma part, une maniabilité qui fait qu’on rate souvent un saut pour mourir, une caméra pas terrible avec des combats assez dynamiques où ça bouge de partout. Le second problème, alors que le jeu est pourtant court et plutôt varié c’est la lassitude. Le jeu est découpé de la façon suivante : exploration, combat, plateforme, et mini-jeux où Jack arrache sa tête et on joue avec une citrouille montée sur des tentacules où l’on doit résoudre des puzzles. On retrouve ici encore les problèmes de maniabilité, notamment lorsque vous devez pousser une balle jusqu’à un endroit précis ou un mini jeu de foot lors d’un combat contre le père Noël.

Jack est un jeu convenable dont on saluera la direction artistique avec des musiques qui font penser à celles de Dany Elfman qui accompagnent les films de Tim Burton, de l’humour, quelques bonnes idées mais rien de très original. J’ai pour ma part arrêté au combat final, le boss n’est pas forcément très relevé mais les problèmes de maniabilité de Jack créent des soucis de timing si bien qu’on finit par se faire tuer assez rapidement. À conseiller pour les fans du genre.