Unto the end un Dark Soul en pixel art

La série Dark Soul aura indéniablement marqué le monde du jeu vidéo et ses joueurs en réintroduisant la difficulté dans le jeu vidéo. La série possède ses codes, les fameux feux de camp par exemple qui correspondent aux rares points de sauvegarde, des boss qui font vraiment peur, un « lore » très énigmatique avec des livres parus autour pour essayer de décrypter l’histoire. Souvent imité, jamais égalé je pense sans me tromper, les tentatives sont nombreuses avec parfois une touche d’originalité. Avec une multiplication des studios indépendants pour un jeu vidéo dont la création est désormais à la portée de tous ou presque, nombreux s’essaient à un style Dark Soul avec plus ou moins de réussite, plus ou moins de moyen. C’est le cas de ce unto the end qui reprend de nombreux codes. Dans le silence le plus complet puisqu’il n’y a aucun dialogue, vous incarnez un guerrier, père de famille qui embrasse sa femme et son fils, pour on suppose partir chasser. Les choses ne se déroulent pas comme prévu, il tombe dans une crevasse et va devoir affronter de très nombreux dangers pour réussir à rentrer chez lui. Des pièges, de très nombreux monstres et j’en passe.

Le graphisme est joli malgré le minimalisme, l’idée simpliste est plaisante mais malheureusement le jeu a trop de défauts pour réussir à en faire un hit malgré quelques bonnes idées. Lors des combats vous pouvez par exemple perdre votre épée, il s’agit certainement ici d’une volonté de réalisme, tous les combats ne sont pas nécessaires, il vous est tout à fait possible de rengainer parfois votre épée et faire une offrande en signe de paix. Forcément avec une absence totale de dialogue, pas toujours évident de savoir si vous devez venir en aide à un personnage ou si vous devez vous défendre. Pour ma part je note deux problèmes majeurs :

  • Le jeu se déroule principalement dans des cavernes, le décor vous cache, c’est trop sombre. La sensation d’étouffement est trop présente, c’est pénible, on regrette le manque de variété dans les décors et davantage de parties en extérieur.
  • Le personnage est trop rigide pour réussir à faire des combats dynamiques, le délai entre l’action que vous faites à la manette et le résultat à l’écran a un décalage très important. On meurt donc très souvent mais pas pour les bonnes raisons.

J’ai eu la curiosité de tenir jusqu’au bout, le jeu est très court. Présent dans l’abonnement Xbox Game Pass, le jeu est vendu aux environs de 15 € qu’il ne vaut pas. Dommage, il y avait pourtant de quoi faire mieux, peut-être pour un prochain épisode ?