Violette Nozière, vilaine chérie, l’histoire vraie d’une meurtrière de 18 ans

Violette Nozière, une jeune meurtrière.

En 1934 Violette Nozière est au tribunal. En effet, on l’accuse du meurtre de son père et de tentative d’assassinat sur sa mère. L’histoire commence un peu plus tôt. À peine majeure Violette Nozière fait la fête, rencontre de nombreux hommes. Afin d’assurer son train de vie qui lui coûte très cher, elle se prostitue. Violette ment énormément, elle s’invente une vie. Cette dernière fait croire par exemple que son père est ingénieur et que sa mère a un poste dans la couture. Elle vient en fait d’un milieu modeste.

Elle finit par rencontrer un étudiant Jean Dabin. Il ne s’agit pas d’une faute de frappe, ce n’est pas Jean Gabin, et c’est l’amour, le véritable. Il est sans le sou, elle multiplie les « plans » afin de l’entretenir : vols, emprunts, prostitution. C’est lorsqu’elle comprend que ses parents ont un peu d’argent de côté qu’elle fomente son plan pour hériter plus vite. Le fait que sa mère ne meurt pas, son témoignage, la condamneront à la peine de mort.

Ce que j’en pense

La bande dessinée se concentre enfin sur la vie de Violette Nozière, les éléments qui l’ont conduite à l’assassinat de ses parents. L’histoire ne s’arrête pas ici, vous pouvez lire le détail sur wikipedia. Violette Nozière qui devait être condamnée à mort fut envoyée en prison. Elle deviendra une détenue modèle en se tournant vers la religion catholique, elle finira par être graciée. De nombreuses adaptations, thèses, documents ont été écrits autour de cette affaire sordide. Cette bande dessinée permet d’entrer rapidement dans le vif du sujet.