Test : Star Wars Jedi : Fallen Order

À l’instar du seigneur des anneaux, la licence Star Wars est très régulièrement exploitée dans le jeu vidéo avec des jeux qui datent de plusieurs décennies. Si vous voulez voir à quoi on jouait dans les années 80, Star Wars : Return of the Jedi sur Atari ST en 1987, le premier jeu est sorti en 1983 si je ne me trompe pas. Du bon et du moins bon, sans trop d’hésitation c’est le jeu KOTOR, Star Wars: Knights of the Old Republic, qui aura marqué les esprits, un jeu de rôle qui proposait des choix, des dialogues particulièrement riches et qui préfigurait la série des Mass Effect et Dragon Age où le joueur a la sensation que ses choix ont un impact sur la suite du jeu.

Dans Star Wars Jedi : Fallen Order, vous incarnez Cal Kestis un ancien padawan qui a fui la destruction de l’ordre des Jedi et qui est parti se réfugier sur une planète en tant que simple ouvrier. Les choses s’accélèrent lorsqu’il utilise la force pour sauver un de ses amis, il est forcé de s’exiler et de partir à l’aventure. La trame du jeu c’est la découverte d’une ancienne civilisation disparue qui manipulait la force et qui aurait réussi à fabriquer une carte permettant de détecter tous les enfants sensibles à la force.

Il s’agit bien d’un Star Wars fabriqué dans l’esprit Star Wars du début jusqu’à la fin : bons sentiments, balance entre le bien et le mal, progression, attirance vers le côté obscur, vous aurez droit à l’intégralité des clichés et de grandes citations. Le héros à l’instar d’un Luke Skywalker ou d’une Rey, grandissent de façon misérable et s’éveillent à la force. C’est un peu le cas ici, à la différence c’est que notre héros a suivi une formation de Jedi mais le manque de pratique fait qu’il a oublié. C’est au fur et à mesure de l’aventure que vous allez récupérer vos pouvoirs de Jedi comme le double saut, la possibilité de courir sur les murs, attirer ou repousser des objets. L’action se déroule sur plusieurs planètes dans la galaxie si bien que dès que vous débloquez un pouvoir, vous avez la possibilité de revenir sur une des planètes visitée et d’accéder à des lieux qui vous étaient interdits, une manière de prolonger l’aventure qui fait une vingtaine d’heure en ligne droite.

Le jeu est décomposé principalement en trois phases : les combats, l’exploration, et la partie plateforme. Les paysages sont très variés et correspondent bien à l’esprit Star Wars. Fonds marins, neige, forêts, cavernes et temples. Le jeu n’innove en rien et s’inspire très largement de Tomb Raider, Uncharted et une tentative de Dark Souls pour les combats. Si bien sûr il est toujours jubilatoire de manipuler le sabre laser et que dans l’ensemble le jeu est plaisant, il manque de trop nombreux éléments pour en faire un grand jeu.

  • Techniquement le jeu souffre de trop nombreux problèmes. Temps de chargement, modélisation de certains personnages on a souvent évoqué les Wookies dans la presse informatique, la tache rouge sur le nez de Dark Vador n’est pas mal non plus on dirait un clown. Les décors n’apparaissent pas de façon fluide si bien que vous voyez avec parfois un retard de deux secondes une entrée apparaître.
  • Les problèmes techniques se retrouvent dans la gestion de la caméra, si bien que la gestion de certains sauts, des glissades ou même des combats devient particulièrement laborieuse. Avec une volonté d’avoir fait des combats plus exigeants que ceux qu’on trouve dans les jeux de ce type, et donc de lorgner de façon indéniable du côté Dark Souls, c’était une bonne idée. Malheureusement, l’exigence demandée doit être accompagnée de façon obligatoire d’une maniabilité et d’une technique parfaite qui ne sont pas au rendez-vous. On finit alors par baisser le niveau de jeu pour éviter des combats trop difficiles où vous mourrez non pas par votre responsabilité mais par les nombreuses défaillances techniques. Le jeu en mode histoire est alors trop simple et l’intérêt baisse de façon drastique.
  • Et pour enfoncer le clou dans une liste déjà assez longue, si l’histoire tient parfaitement la route, l’ensemble des personnages manque totalement de charisme, on a énormément de mal à s’attacher et donc de rentrer pleinement dans l’univers. Rajoutons à cela la couche permanente de bons sentiments propre à l’univers Star Wars et il est encore plus difficile de rentrer dans le jeu.

Star Wars Jedi : Fallen Order n’est pas un mauvais jeu, mais pour un jeu AAA il n’est pas à la hauteur. Les problèmes techniques, les personnages trop lisses, en font un jeu qui manque de passion auquel on joue sans ardeur. Il reste une adaptation très réussie de l’univers Star Wars pour le background, l’esprit, des musiques magnifiques, plaisant à jouer mais qui laissera peu de souvenirs au joueur sauf peut-être aux fans absolus de la série.