Dix mois de PS Now, bilan

En juin de l’année dernière, avec une sortie de confinement faisant que j’avais très peu de cours et l’annulation des examens donc de leur correction, j’ai profité d’une promotion comme on en voit assez régulièrement sur le PS Now aux environs de 45 €. Le tarif pour une année c’est de 60 €, si vous prenez uniquement au mois vous passez à 9.99 €. Sony propose deux offres ce qui on le remarquera ne facilite pas la compréhension du consommateur, le PS+ qui permet de jouer en ligne et qui vous fait bénéficier de deux ou trois jeux gratuits chaque mois tant que vous possédez l’abonnement, le PS Now qui permet d’accéder à un catalogue de plus de 800 jeux. N’étant pas un joueur en ligne ou de façon très occasionnelle mais étant un gros gamer, à l’époque l’offre était séduisante puisqu’elle proposait le dernier Tomb Raider, l’excellent jeu control et le Spiderman, exclusivité de la console. Concrètement j’ai amorti deux à trois fois mon abonnement sur les deux premiers mois où j’ai joué de façon intensive.

Une fois l’effet de découverte passé on se rend compte que le catalogue présenté de 800 jeux ce n’est pas 800 jeux PS4. La grande majorité des titres sont des jeux PS2 et PS3 qui ne peuvent pas être installés sur la console mais joués en streaming. Avec une ligne ADSL standard et un affichage limité au 720p ce qui en 2021 est tout de même particulièrement limite, la fluidité n’était absolument pas au rendez-vous. Pour le reste du catalogue et dans la très grande majorité des jeux proposés, c’est pauvre, des jeux de seconde zone, très peu de gros jeux, si bien qu’on a très rapidement fait le tour. Il reste donc les entrées dans le catalogue de trois gros titres chaque mois, mais parler des entrées c’est aussi évoquer les sorties ce qui rajoute un problème supplémentaire, certains « gros titres » restent de façon provisoire dans le catalogue. De novembre à avril, je n’ai installé aucun des jeux proposés et ce pour deux raisons : des jeux qui ne me plaisent pas, des jeux que j’avais déjà achetés.

De façon synthétique :

  • Un catalogue de 800 jeux principalement composés de titres PS3 et de « petits » jeux.
  • Les gros titres qui rentrent chaque mois ne sont pas les jeux qu’on attend, certains titres ne restent que de façon provisoire.

Sony ne fait en fait que très peu d’effort avec son service contrairement à Microsoft avec son Xbox Game Pass qui fait rentrer les nouveautés de son catalogue dès leur sortie. On estime que 25% des joueurs ne renouvellent pas le service au Japon et aux États-Unis ce qui est assez conséquent. Sony va certainement devoir trouver une alternative qu’on imagine une offre unique entre le PS+ et le PS Now. À titre personnel, je me fais très peu d’illusion, Sony même si c’est une entreprise dont la vocation est de gagner de l’argent, est de moins en moins généreuse avec ses joueurs et donne la sensation d’une entreprise où la seule vocation c’est le profit. À ce jeu-là, la société risque de se brûler les ailes, le rachat de Bethesda par exemple par Microsoft qui lui permet d’avoir enfin les exclusivités qui lui manquent tellement dans son catalogue, un service de jeux beaucoup plus attractif pourrait inverser la balance. Sony devrait arrêter de se reposer sur ses lauriers et même si la PS 5 est déjà un succès, se rappeler que le joueur est un consommateur et donc versatile.

Pour ma part je ne renouvellerai pas mon abonnement ou en tout cas je laisse voir venir. De façon ponctuelle, lorsque j’ai le temps (hors temps scolaire), je prendrai peut-être un abonnement pour un mois histoire de profiter de quelques jeux mais plus pour un an. L’abonnement pour un an c’est donner une espèce de chèque en blanc à Sony, une confiance sur douze mois que la société pour l’instant, ne mérite pas.