DJ Snake, à l’origine « la haine »

DJ Snake est un DJ qui sur Youtube cumule des milliards de vues, il a mixé pour pour Lady Gaga, Cardy B, Selena Gomez, Justin Bieber, il a plusieurs millions de followers sur Instagram, il est certainement l’un des DJ les plus célèbres au monde et pourtant il s’agit du français William Grigahcine né dans le Val d’Oise, élevé par une mère célibataire qui lui a donné sa chance. Elle lui a payé ses premières platines à son entrée en sixième. Au départ totalement inconnu, c’est le titre Turn Down for What qui cumule plus d’un milliard de vues qui le fait éclater, la chanson est reprise par la femme du président Obama comme slogan dans sa lutte contre l’obésité aux États-Unis.

Le personnage peut donner un air particulièrement prétentieux dans ses interviews, une attitude de vainqueur assumée et pourtant son discours mérite d’être entendu. Je vous invite à voir l’interview donnée pour clique où il explique notamment ses angoisses d’aller faire de la flute à bec en cours de collège, exprimer son dégoût pour l’instrument au point d’aller à l’infirmerie. Il pointe certainement l’une de nos carences éducatives, trouver les mots, la façon, de stimuler des enfants qui pourtant ont un avenir brillant, et sans rancune l’artiste met en avant la France dès qu’il le peut pour devenir l’un de nos plus grands ambassadeurs, revendiquant avec fierté son appartenance à notre pays.

La révélation pour DJ Snake, ce qui lui a donné envie de faire ce métier, c’est ça :

Il s’agit d’une scène que tous les amateurs de RAP connaissent, DJ Cut Killer en 1995 dans le film la Haine de Mathieu Kassovitz qui mixe du KRS ONE et pas du NTM, mais c’est une autre histoire. En 1995 les banlieues s’échauffent et le film de Kassovitz qui raconte le quotidien de jeunes de banlieue est utilisé comme « témoin » de l’époque. Le problème c’est que Kassovitz n’a jamais connu la cité puisqu’il est issu d’un milieu bourgeois et la haine malgré son côté reportage avec un choix du noir et blanc pour la réalisation est bien une fiction. Le film a été inspirant pour son aspect social, il a révélé Vincent Cassel au grand public et a certainement contribué à pousser le RAP français au devant de la scène avec un album inspiré du film qui à l’époque regroupait les plus grands artistes de la scène : I AM, Assassin ou encore le Ministère Amer qui s’est retrouvé devant les tribunaux pour sa chanson sacrifice de poulets.

Si DJ Snake n’a pas trouvé sa vocation à l’école c’est la culture qui lui a permis de trouver sa voie, restez curieux !